À Choisey, l'Inrap fouille une zone située sur une des anciennes divagations du Doubs, occupée du Mésolithique à la période antique, un fait rare pour un seul site.

Dernière modification
02 juillet 2020

Dans le cadre de l’extension du Pôle Innovia, les archéologues de l’Inrap viennent de démarrer une importante fouille archéologique préventive à Choisey (Jura). Réalisée sur prescription de l’État (Drac Bourgogne-Franche-Comté), cette opération de grande ampleur a démarré le 27 avril dernier, pour une durée de 11 mois. Le secteur envisagé, très riche d’un point de vue scientifique et archéologique, a déjà fait l’objet de nombreuses fouilles depuis les années 1990, dans le cadre, notamment, de l’aménagement de l’A39 ou de la première phase d’INNOVIA. Le chantier actuellement en cours va permettre de compléter les données déjà recueillies et d’enrichir la connaissance du passé de la plaine du Doubs, dont les premières traces d’occupation remontent au Paléolithique.

Archéologie et géomorphologie dans le finage dolois

La commune de Choisey se situe à la bordure du finage dolois, délimité par le Doubs et la Saône, et dans un secteur situé à la confluence du Doubs et de la Loue. Les nombreuses divagations du Doubs, aujourd’hui comblées, ont formé par le passé un réseau dense et complexe, aujourd’hui étudié de près par les archéologues et les géomorphologues. Cette construction alluviale a en effet joué un rôle important dans l’implantation des occupations humaines. Identifier ces paléochenaux afin d’en déterminer l’évolution : voilà une problématique au cœur des recherches menées dans ce secteur et essentielle à la compréhension du peuplement de ce territoire, de la Préhistoire au Haut Moyen Âge. De nombreux vestiges archéologiques témoignent de ces différentes installations. Si l'on dénombre beaucoup de témoignages d’une occupation au Mésolithique et au Néolithique, la période de l’âge du Bronze est la mieux représentée, avec, notamment, différentes zones d’habitats et quelques nécropoles. La découverte, en 2008 d’une sépulture féminine accompagnée de parures avait marqué les esprits. Les archéologues ont aussi pu identifier des traces d’habitations gauloises et une occupation gallo-romaine.

Sous le Pôle INNOVIA : un site archéologique diachronique

La fouille actuellement menée en amont du projet d’aménagement est d’un intérêt scientifique majeur. En effet, l’une de ses spécificités est de permettre une approche diachronique, qui permettra d’explorer plus de 10000 ans d’histoire. Les périodes envisagées courent du Mésolithique à la période antique, ce qui est d’une extrême rareté pour un seul site. Associés aux fouilles précédentes, les résultats de cette opération pourront permettre de dessiner une vraie dynamique d’occupation de ce secteur, d’en affiner la chronologie et de mieux comprendre les modes de vie des populations successives. Zones de foyers, céramiques, rejets de faune ou emplacements d’anciennes fondations sur poteaux comptent parmi les vestiges d’ores et déjà identifiés. Durant la fouille et lors de la phase d’étude, de nombreux spécialistes (céramologues, anthropologues, géomorphologues, archéozoologues, carpologues etc…) vont mettre en regard leurs différentes analyses pour parvenir à une lecture complète du site.

Incinération dans trois vases de la fin de l’âge du Bronze Final (- 1250 / - 950).

Incinération dans trois vases de la fin de l’âge du Bronze Final (- 1250 / - 950).

©

Régis Labaune, Inrap

Concédant : Syndicat Mixte INNOVIA (Grand Dole et Région Bourgogne Franche Comté)
Concessionnaire aménageur : SEDIA
Contrôle scientifique : Service Régional de l’Archéologie (Drac Bourgogne-Franche-Comté, site de Besançon)
Recherche archéologique : Inrap
Responsable scientifique : Régis Labeaune, Inrap