À Inzinzac-Lochrist (Morbihan), les archéologues de l’Inrap mettent au jour un site d'habitation gaulois des VIe et Ve siècles avant notre ère. Cet habitat singulier, ceint d’un imposant fossé et associé à une nécropole, apporte de nouvelles connaissances sur les variétés des modes d’occupation du territoire à l’époque gauloise.

Dernière modification
18 février 2019

Prescrites par l’État (DRAC Bretagne) en vue de la construction d’un EHPAD et d’une maison de l’enfance, les fouilles qui sont menées à Inzinzac-Lochrist, au lieu-dit Pen Ar Prat, ont mis au jour un type d’habitat jusqu’alors non renseigné sur le territoire de la commune, et plus largement à l’échelle départementale.

Un imposant fossé en arc de cercle

Situé en bordure d’un petit plateau et à proximité d’un ruisseau, le site de Pen Ar Prat semble avoir exercé un attrait depuis le Néolithique (VIe - IIIe millénaires avant notre ère). Il se structure au cours du VIe siècle, sous l’influence des Gaulois qui y creusent un fossé de 110 mètres de long en forme d'arc de cercle. Cet imposant ouvrage (large de 3 mètres et profond de plus de 2 mètres)  était flanqué d’un talus, élevé avec les matériaux extraits lors de son creusement. Vu sa forme ouverte, le caractère défensif de ce fossé est peu probable, mais il avait un aspect monumental, bien repérable dans le paysage.

Des vestiges de bâtiments à usages divers

Au sein de l’espace délimité par le fossé, de nombreuses empreintes de trous ont été repérées, qui correspondent aux poteaux en bois qui formaient l’ossature des bâtiments, tantôt dans des espaces résidentiels, tantôt dans des espaces à vocation artisanale (petites dépendances, annexes, fours). L’étude des vestiges mobiliers (vaisselle domestique, récipients, outillage en pierre, pesons de tissage) et des restes organiques (charbons de bois, graines) s’attachera à affiner les datations, la nature des activités réalisées dans chaque bâtiment, ainsi que les fonctions du site.

Un espace funéraire

À proximité de l’extrémité orientale du grand fossé, un enclos quadrangulaire de 15 mètres de côté ceinturait une nécropole. Au centre y ont été relevé des témoignages d’une pratique funéraire bien attestée dans la Bretagne du VIe siècle et du milieu du Ve siècle avant notre ère : la crémation des défunts. Une urne cinéraire et plusieurs fosses contenant des fragments d’os humains brûlés ont été découverts. Un tertre semblait recouvrir à l’origine ces dépôts. Quatre urnes supplémentaires ont été trouvées à l’extérieur de l’enclos. Des datations par le radiocarbone permettront de savoir si elles sont contemporaines de celles de l’enclos, tandis qu'une étude anthropologique des fragments osseux donnera des informations sur l’âge et le sexe des défunts.

Les apports du site de Pen Ar Prat

Le site de Pen Ar Prat est particulièrement intéressant du fait de l’association habitat/cimetière, rare parmi les sites gaulois fouillés en Bretagne.
Contemporains de l’habitat, les fossés témoignent d’un espace structuré, notamment deux d’entre eux qui pourraient correspondre à des fossés bordant un chemin et indiquer que peut-être dès cette période des voies interconnectaient ces zones d'habitation.

A Inzinzac-Lochrist, plus de vingt sites archéologiques, du Néolithique au Moyen Âge, sont aujourd'hui connus. La période gauloise est représentée par des sites offrant une variété d’organisations et de fonctions, comme celui de Kermat, fouillé par l’Inrap en 2015 et contemporain de Pen Ar Prat. Il s’agissait d’un vaste domaine agricole dédié notamment au stockage et interprété comme un centre de redistribution des céréales.

Aménageur : Commune d’Inzinzac-Lochrist
Contrôle Scientifique : DRAC Bretagne
Recherches archéologiques : Inrap
Adjoint Scientifique et technique : Michel Baillieu, Inrap

Responsable scientifique : Stéphane Bourne, Inrap