Conférences
5
Score : 5 (1 vote)
Mis à jour le
14 février 2019
Colloque
Archéologie : Imagerie numérique et 3D

Ce troisième séminaire scientifique et technique s’est tenu à Rennes, au Campus universitaire de Beaulieu, les 26 et 27 juin 20178. Il a été organisé par l'Inrap (Sylvie Eusèbe, Téophane Nicolas), et l’UMR IRISA/Inria (Valérie Gouranton, Ronan Gaugne).

Le développement de l’usage de la photogrammétrie en archéologie amène à la systématisation de ce type d’enregistrement sur les opérations de diagnostics et de fouilles préventives.  Progressivement adopté dans des contextes sédimentaires et sur des emprises bien circonscrites, son usage en archéologie du bâti est plus difficile à systématiser. Les problèmes d’accessibilité, l'importance des surfaces, la complexité des volumes… sont autant de freins à la mise en place d’un protocole strict d’enregistrement 3D.

intervenante

  • Lucie Jeanneret, Archéologie Alsace


L’évolution des modes d’acquisition et des interfaces logicielles permet d’envisager des traitements photogrammétriques plus rapides sur les opérations de bâti, en contexte préventif. Dans le cadre du développement de ce type d’opérations en Alsace, sur des édifices complets (château, maison urbaines), le choix a été fait d’intégrer un enregistrement 3D. Cette démarche a été élargie aux diagnostics, dès 2017. Cette intégration amène à repenser les méthodes d’enregistrement et de relevé en élévation.

Outre un gain de temps, ces procédés permettent de lever un certain nombre de contraintes rencontrées en archéologie préventive (délais, accessibilité, sécurité) et de proposer une vision plus globale des édifices étudiés.

Cette présentation expose les choix opérés en amont des interventions, les contraintes rencontrées ainsi que les avantages et les inconvénients de la démarche dans le cadre du traitement d’élévations. Se pose également la question du temps d’acquisition, de la qualité des traitements effectués mais aussi des problèmes de conservation et d’archivage de ces données.

La présentation s’appuie sur l’étude du château de Breuschwickersheim (67), de la maison en pan de bois du Dinghof de Schiltigheim (67), des diagnostics d’une maison urbaine à Boersch (67) et d’une tour bastionnée à Neuf-Brisach (68).

Illustration du traitement du relevé extérieur de la tour bastionnée n°2 de la fortification de Neuf-Brisach

Illustration du traitement du relevé extérieur de la tour bastionnée n°2 de la fortification de Neuf-Brisach

©

Relevé et traitement : L. Jeanneret, Archéologie Alsace

Contactez nous

lucie.jeanneret [at] archeologie.alsace

Partenaire
Logo INRAP
Logo Inria
Logo IRISA