Contacts

Mahaut Tyrrell
chargée de communication médias
Inrap, pôle partenariats et relations avec les médias
01 40 08 80 24
mahaut.tyrrell@inrap.fr

Sandrine Lalain
chargée du développement culturel et de la communication
Inrap, direction interrégionale Grand Ouest
02 23 36 00 64 –
sandrine.lalain@inrap.fr
 

Découverte d’un temple antique sous le couvent des Jacobins à Rennes

Publié le 13 septembre 2012 · Mis à jour le 30 juin 2013
code opération : DB05019102
Une équipe d’archéologues de l’Inrap fouille, depuis décembre 2011, le site du couvent des Jacobins à Rennes. Réalisée sur prescription de l’État (Drac Bretagne),  à l’emplacement du futur centre des congrès de Rennes Métropole, cette fouille urbaine est l’une des plus importantes jamais menées dans l’Ouest de la France.
À l’intérieur du couvent, dans le jardin du cloître et dans les cours extérieures, les archéologues recherchent le quartier antique, étudient son évolution en faubourg médiéval et retracent l’histoire du couvent.
Aujourd’hui, de nombreux vestiges gallo-romains sont exhumés dont un temple du IIIe  siècle de notre ère. Parallèlement, l’archéologie du bâti, c’est-à-dire l’étude des murs du couvent, révèle l’évolution architecturale de l’édifice du XIVe au XVIIIe siècle.

Un quartier dynamique de la ville antique de Condate (Ier-IVe siècles)

Les 8 000 m2 de fouille offrent l’opportunité d’étudier l’ensemble d’un îlot de l’antique Condate. Délimité par quatre voies, ce quartier a connu un fort développement entre le Ier et le IVe siècle de notre ère. Les fouilles livrent, sur près de 2 mètres d’épaisseur, une accumulation de voies, murs, bâtiments… Dans le jardin du cloître, de grands édifices des IIIe-IVe siècles – bâtiments publics ou grandes maisons urbaines – succèdent aux ateliers artisanaux qui bordaient un axe majeur de la cité gallo-romaine orienté nord-sud ou cardo.
Dans la cour nord du couvent, les archéologues viennent de mettre au jour un carrefour majeur de la cité, au milieu duquel se dresse un temple. Découverte inattendue, c’est le premier bâtiment public antique mis au jour à Rennes, exception faite de la muraille et des traces d’arc honorifique. Quadrangulaire, de 9 mètres de long, flanqué d’un escalier il s’agit d’un temple sur podium. L’exhumation à proximité de deux statuettes (un coq et un bouc) pourrait évoquer une dévotion à Mercure. Ce dieu du commerce, des voyageurs et des carrefours trouverait parfaitement sa place dans ce quartier très fréquenté, riche en activités artisanales et commerciales.

L’histoire du couvent des Jacobins revisitée

Fondé au XIVe siècle, le couvent des Jacobins occupe une place majeure dans la vie religieuse de la capitale bretonne et dans la vie politique régionale, jusqu’au XVIIIe siècle. Largement restructuré au cours du XVIIe siècle, il périclite durant la Révolution avant d’être utilisé en magasins militaires au XIXe et au XXe siècles. L’armée en demeure propriétaire jusqu’en 2002, date à laquelle Rennes Métropole l’acquiert. Le couvent des Jacobins est classé au titre des monuments historiques depuis 1991.
Les recherches actuelles associent fouille des sous-sols et étude du bâti, afin de mieux comprendre l’évolution du couvent, de sa construction à nos jours. Ainsi, la salle capitulaire, où les frères se réunissaient, se trouve au milieu d’un espace aujourd’hui décloisonné. Les traces d’une première salle du chapitre viennent d’être retrouvées un peu plus au sud. Cet établissement religieux était florissant comme en attestent les nombreux éléments de décoration. Les sols de la chapelle de Bonne-Nouvelle et des galeries du cloître étaient composées de tomettes formant des motifs, dont les empreintes sont encore bien visibles. Ils étaient associés à une élévation ornée de pilastres peints à chapiteaux en relief.
Le couvent des Jacobins, fut aussi un lieu sépulcral privilégié, et renferme de nombreuses inhumations du début du XVe au XVIIIe siècle. Plusieurs centaines de sépultures ont été fouillées dans l’église et la galerie des enfeus. Elles donneront lieu à une importante étude anthropologique.

Ouverture du site au public lors des Journées européennes du Patrimoine

Dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine, le site sera exceptionnellement ouvert au public samedi 15 et dimanche 16 septembre, de 10h à 18h.
Accès par le 4 rue d’Échange.
Prévoir de bonnes chaussures. Entrée libre.
Conférences à 11h et 15h, projections de films en continu : théâtre du Vieux Saint-Etienne, 12 rue d’Echange, à Rennes. Entrée libre.

Aménagement

Rennes Métropole

Contrôle scientifique

Service régional de l’Archéologie (Drac Bretagne)

Responsable scientifique

Gaëtan Le Cloirec, Inrap

Voir l'album

  • Vue générale de la fouille dans le jardin du cloître. Le décapage a révélé les fondations d’un bâtiment militaire du XXe siècle comprenant 4 imposantes cuves
    Vue générale de la fouille dans le jardin du cloître. Le décapage a révélé les fondations d’un bâtiment militaire du XXe siècle comprenant 4 imposantes cuves
    © www.timelapse.fr/Armel Istin
  • Gourde en métal (équipement militaire), XIXe siècle.
    Gourde en métal (équipement militaire), XIXe siècle.
    © Hervé Paitier, Inrap
  • Vue du chantier de fouille au pied de l’aile est du cloître.
    Vue du chantier de fouille au pied de l’aile est du cloître.
    © Hervé Paitier, Inrap
  • Vue générale de la cour nord, riche en vestiges antiques.
    Vue générale de la cour nord, riche en vestiges antiques.

    © Gwénaël Herviaux, Inrap
  • Restes de constructions​ gallo-roma​ines. La rubéfaction (couleur rouge du sol) suggère la présence d’occupations artisana​les.
    Restes de constructions​ gallo-roma​ines. La rubéfaction (couleur rouge du sol) suggère la présence d’occupations artisana​les.

    ©Hervé Paitier, Inrap
  • Mobilier archéologique gallo-romain.
    Mobilier archéologique gallo-romain.
    © Hervé Paitier, Inrap
  • Bol en céramique sigillée, IIe siècle.
    Bol en céramique sigillée, IIe siècle.
    © Hervé Paitier, Inrap
  • Col d’amphore à vin, début Ier siècle
    Col d’amphore à vin, début Ier siècle
    © Hervé Paitier, Inrap
  • Fibule en bronze, première moitié du Ier siècle.
    Fibule en bronze, première moitié du Ier siècle.
    © Hervé Paitier, Inrap
  • Jeton de jeu en os, période antique.
    Jeton de jeu en os, période antique.
    © Françoise Labaune-Jean, Inrap
  • © Hervé Paitier, Inrap
  • Bouc en alliage cuivreux de la période antique, emblème du dieu Mercure.
    Bouc en alliage cuivreux de la période antique, emblème du dieu Mercure.
    © Françoise Labaune-Jean, Inrap
  • Coq en alliage cuivreux de la période antique, emblème du dieu Mercure.
    Coq en alliage cuivreux de la période antique, emblème du dieu Mercure.
    © Françoise Labaune-Jean, Inrap
  • Interventi​on sur les murs intérieu​rs du couvent. Une étude du bâti, comprenant un piquetage des enduits est menée en parallèle des fouilles archéologi​ques.
    Interventi​on sur les murs intérieu​rs du couvent. Une étude du bâti, comprenant un piquetage des enduits est menée en parallèle des fouilles archéologi​ques.


    © Hervé Paitier, Inrap
  • Restes peints de deux pilastres accolés à la base des murs de la galerie du cloître.
    Restes peints de deux pilastres accolés à la base des murs de la galerie du cloître.

    © Françoise Labaune-Jean, Inrap
  • Dégagement du sol de la salle capitulaire du XVIIe siècle.
    Dégagement du sol de la salle capitulaire du XVIIe siècle.
    © Hervé Paitier, Inrap
  • © Hervé Paitier, Inrap
  • © Hervé Paitier, Inrap
  • Médaille religieuse trouvée dans une tombe de la galerie des enfeus, période moderne.
    Médaille religieuse trouvée dans une tombe de la galerie des enfeus, période moderne.
    © Stéphane Jean, Inrap
  • Vue latérale (en haut) et endocrânienne (en bas) d’un crâne scié. Le sciage était pratiqué en vue de l’embaumement du défunt, rituel funéraire réservé à une élite.
    Vue latérale (en haut) et endocrânienne (en bas) d’un crâne scié. Le sciage était pratiqué en vue de l’embaumement du défunt, rituel funéraire réservé à une élite.


    © Rozenn Colleter, Inrap