Contacts

Mahaut Tyrrell
chargée de communication médias
Inrap, pôle partenariats et relations avec les médias
01 40 08 80 24
mahaut.tyrrell@inrap.fr

Mélanie Scellier
chargée du développement culturel et de la communication
Inrap Grand-Ouest
02 23 36 00 64
melanie.scellier@inrap.fr
 

Découverte d’un sanctuaire de Mithra à Angers

Publié le 7 mai 2010 · Mis à jour le 30 mai 2013
code opération : DB18045703
Sur 9 000 m², une équipe d’archéologues de l’Inrap fouille le site de l’ancienne clinique Saint-Louis à Angers. Elle met actuellement au jour les vestiges d’un sanctuaire voué au culte de Mithra, dieu d’origine indo-iranienne.
Le mithraïsme est probablement introduit dans l’Empire  par les militaires romains et les marchands orientaux et se  répand à la fin du Ier siècle. Ce culte à mystères, réservé aux hommes, séduit d’abord les élites, puis se diffuse dans toutes les couches de la société. Concurrent du christianisme, il est fortement combattu et finalement interdit par l’empereur Théodose en 392.

Un quartier antique

Les chercheurs supposaient que cette partie d’Angers était occupée dès le début de notre ère, sous le règne d’Auguste. Les axes urbains, le cardo (nord-sud) et le decumanus (est-ouest) d’un îlot d’habitat, sont visibles sur le chantier, notamment le decumanus avec fossés et trottoirs. Celui-ci vient d’être daté d’une époque très précoce pour Angers : les années 10 avant notre ère. À la fin du Ier siècle, une ou deux demeures (domus) sont édifiées dans l’îlot. Ces riches maisons décorées possèdent colonnades et système de chauffage par le sol (hypocauste).  Un incendie ravagea une grande partie des bâtiments du quartier.

Le mithræum

Au moins dès le IIIe siècle, un bâtiment rectangulaire excavé est installé au nord-ouest du site. Son architecture est celle d’un mithræum, édifice voué au culte de Mithra. Ces temples apparaissent comme de petites chapelles voûtées où se déroulent les banquets et sacrifices dédiés à Mithra. Leur voûte peinte est généralement décorée d’un ciel étoilé. À Angers, des tambours de colonnes, peut-être bases d’autel ou socles de statue, émergent. Les sanctuaires dédiés au dieu comportent toujours un bas-relief représentant la divinité coiffée de son bonnet phrygien. Envoyé par le dieu suprême, il égorge un taureau, symbole du mal,  qui par son sang donne naissance à la vie. La fouille des décombres antiques de la rue René-Brémond révèle aujourd’hui des éléments de ces statues peintes : fragments d’un bas-relief du dieu Mithra avec notamment des éléments des dadophores (porteurs de torches) et du miles (porteur de lance), associés à un riche mobilier du IVe siècle.

Le mobilier du mithræum

De nombreuses monnaies (environ 200) et fragments de céramiques, ainsi que des lampes à huile complètes, les morceaux d’un rare lustre en terre cuite aux figures de Nubien, une fibule cruciforme en bronze caractéristique des fonctionnaires du IVe siècle, des restes de faune où dominent les os de coqs (met privilégié dans le banquet cultuel), un exceptionnel vase ansé zoomorphe en grande partie conservé sont dispersés à l’intérieur et autour du temple.

Sur un gobelet en céramique sigillée fabriqué dans les ateliers de Lezoux (Puy-de-Dôme), figure une dédicace gravée avant cuisson offerte par  un certain Genialis dans la première moitié du IIIe siècle : « DEO [INVIC]TO MYTRH[AE]…/…]VS GENIALIS CIVES MA […]VS EXVOTO D[ …/…]RIBVS OMNIS LOCO OMNIS  (…) » : « Au dieu invaincu Mithra,]us Genialis, citoyen de…, a offert en ex voto (ce vase) ».

Un fragment de tuffeau ouvragé, décoré de palmettes, porte dans un cartouche une inscription en grec sur quatre lignes qui a été en partie déchiffrée. Elle  indique une dédicace effectuée par un dénommé Theophilos d’origine orientale au profit de Retituitos, nom à consonance gauloise.

La richesse du mobilier, la conservation des vestiges, l’importance de l’épigraphie, l’absence jusqu’à aujourd’hui de découverte de mithræa dans l’ouest de la France offrent aux archéologues de l’Inrap des perspectives de recherche inédites touchant à la fois aux domaines de l’archéologie, de l’histoire de l’art et des religions. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives pour l’histoire d’Angers et le début de la christianisation au IVe siècle. Après Bordeaux, Strasbourg, Biesheim, Septeuil, Tirlmont (Belgique), Martigny (Suisse), Rome et Ostie, Angers s’inscrit désormais dans l’inventaire restreint des mithræa connus en Europe occidentale.

Aménagement

Eiffage Immobilier Ouest

Contrôle scientifique

Service régional de l’Archéologie (Drac Pays-de-la-Loire)

Responsable scientifique

Jean Brodeur, Inrap

Voir l'album

  • ©Jean Brodeur/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Hervé Paitier/Inrap
  • © Inrap

Voir aussi