Communiqué de presse
14 septembre 2013

Contacts

Yoann Rabasté
Inrap
Centre archéologique de Reims
28 rue Robert-Fulton
51689 Reims cedex 2.
Tél. 03 26 35 81 61  /  06 86 28 61 69
yoann.rabaste@inrap.fr


Coralie Garcia Bay
Musée d'Argentomagus
Les Mersans
BP 6
36200 Saint-Marcel.
Tél. 02 54 24 47 31
Fax 02 54 24 11 70
coralie.bay@argentomagus.fr

Un exceptionnel service à vin découvert à Argentomagus

Publié le 18 septembre 2013 · Mis à jour le 26 septembre 2013
À Saint-Marcel, le musée est installé à l’emplacement d’un oppidum gaulois, devenu agglomération gallo-romaine au Ier siècle de notre ère. Créé en 1990, le musée de site présente à la fois les objets et vestiges (théâtre, fontaine...) mis au jour depuis le XIXe siècle. Les chercheurs y mènent également chaque été, depuis 30 ans, des fouilles archéologiques, à l’aide d’étudiants stagiaires.

Véritable conservatoire à ciel ouvert, le résultat des recherches menées aux abords immédiats du musée vient enrichir en permanence les connaissances sur la ville, comme en atteste actuellement l
’exposition « Argentomagus, la ville se dévoile ».

Depuis 2009, à l’emplacement d’une nouvelle sortie du musée, plusieurs campagnes de fouilles programmées se sont succédé devant la façade est du bâtiment, sur une surface de 300 m². La découverte exceptionnelle d’un service à vin en alliage cuivreux vient enrichir nos connaissances sur ce site remarquable et confirme un certain niveau de vie de la population d’Argentomagus, comme le laissait déjà supposer la présence des différents ensembles monumentaux mis au jour au sein de l’agglomération.

Contexte archéologique

Ces récentes interventions ont permis de mettre en évidence un ensemble monumental édifié durant la seconde moitié du Ier siècle de notre ère au sein même du fossé de l’oppidum gaulois. Un mur massif à contreforts a été construit pour permettre l’aménagement d’une plate-forme de 20 m de long pour 11 m de large en surplomb du fond du fossé. Vers la fin du Ier-début du IIe siècle de notre ère, un grand bâtiment quadrangulaire de 5 m de large, dont la fonction reste encore inconnue, a été installé sur la moitié sud de la plate-forme, sur toute sa longueur. Constitué de deux pièces avec des sols en béton lissé et d’une cave, le bâtiment délimite une terrasse qui s’étend jusqu’au mur à contreforts. Il subira une réfection majeure au cours du IIe siècle, suite à l’effondrement partiel du mur à contreforts qui entraîna un glissement de la plate-forme. Dans le courant du IIe-début du IIIe siècle de notre ère, le mur sera consolidé par de nouveaux contreforts. L’ensemble perdurera jusqu’à la fin du IIIe-début du IVe siècle, lorsque le fossé sera intégralement comblé, vraisemblablement pour des raisons de maintien. Vers la fin du IVe siècle, le bâtiment et la terrasse ne semblent plus avoir leurs fonctions premières et les nombreuses fosses ou autres structures excavées localisées sporadiquement sur l’emprise de la fouille témoignent des dernières activités avant l’abandon du site.

Le service à vin

Le dépôt a été mis au jour à proximité du bâtiment quadrangulaire, dans ce qui semble être, en l’état actuel des données, une structure de chauffe (four ?) qui perfore les derniers niveaux de sols attribués à la fin du IIe-début du IIIe siècle de notre ère.

Parmi la vaisselle issue du dépôt, trois vases complets permettent de confirmer la datation tardive du service : IIIe siècle de notre ère.

D’une facture et d’un état de conservation remarquables, les 13 objets, principalement en alliage cuivreux (bronze), qui composent le service ont été découverts en espace clos dans un grand chaudron d’environ 0,80 m de diamètre. Ce dernier contenait également les fragments de deux autres chaudrons plus petits, une anse probable de situle en fer, deux casseroles (ou patères), deux cruches (œnochoés), dont l’une comporte une anse décorée d’Hercule se reposant et de Télèphe représenté avec une chèvre, une coupe, un bassin, une passoire avec un bec verseur orné d’une tête porcine et deux plats argentés. L’un d’eux est muni d’un petit médaillon central figurant un griffon.

Si quelques cas sont connus en France, la découverte de dépôts de vaisselles en alliage cuivreux et argenté reste assez rare. Outre l’aspect exceptionnel de la découverte, le service d’Argentomagus présente l’intérêt d’avoir été mis au jour dans son contexte archéologique.

Les fouilles programmées

Chaque année, le site archéologique d’Argentomagus accueille près d’une vingtaine de stagiaires afin de les former aux diverses techniques de fouille stratigraphique. Issus de différentes universités françaises, ces étudiants bénévoles participent à ce stage dans le cadre de leurs cursus en archéologie.
Dirigées par un responsable d’opération mis à disposition par l’Inrap dans le cadre d’un projet d’activité scientifique, rattaché au Programme collectif de recherche d’Argentomagus, les différentes interventions archéologiques sont réalisées en collaboration avec l’équipe du musée et l’Association pour la sauvegarde du site d’Argentomagus et des Amis du musée (Assaam), sous le contrôle de l’État (Direction régionale des affaires culturelles Centre - Service régional de l’archéologie).

Autorisation de fouilles et contrôle scientifique

Laurent Bourgeau, conservateur régional de l’archéologie, Drac Centre – SRA

Titulaire de l’autorisation de fouilles

Yoann Rabasté, Inrap

Musée archéologique d’Argentomagus

Coralie Garcia Bay, conservatrice

Gestion de la fouille programmée

Claudine Mariat, présidente de l’Assaam

Programme collectif de recherche Argentomagus

dirigé par Françoise Dumasy, professeur émérite - Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Premiers traitements de conservation des objets découverts

Christiane Sire, ingénieur d’études, Drac Centre - SRA

Voir l'album

  • Le service à vin. Sélection d’objets remarquables.
    Le service à vin. Sélection d’objets remarquables.

    © Cyril Val Lynden, Assaam/Inrap 2013
  • La découverte du dépôt.
    La découverte du dépôt.

    © Yoann Rabasté, Inrap 2013
  • Dégagement du dépôt.
    Dégagement du dépôt.


    © Marion Dessaint, Université Paris 1.
  • Étude du mobilier archéologique.
    Étude du mobilier archéologique.

    © Cyril Val Lynden, Assaam/Inrap 2013
  • Pot. Décor mythologique représentant sur la partie inférieure Hercule se reposant sur sa massue et sur la partie supérieure, son fils Télèphe accompagné d’une biche.
    Pot. Décor mythologique représentant sur la partie inférieure Hercule se reposant sur sa massue et sur la partie supérieure, son fils Télèphe accompagné d’une biche.


    © Cyril Val Lynden, Assaam/Inrap 2013
  • Coupelle
    Coupelle

    © Cyril Val Lynden, Assaam/Inrap 2013
  • Bassin doté d'un bec verseur de type zoomorphe.
    Bassin doté d'un bec verseur de type zoomorphe.

    © Cyril Val Lynden, Assaam/Inrap 2013
  • Plat argenté.
    Plat argenté.

    © Cyril Val Lynden, Assaam/Inrap 2013
  • La fouille 2013
    La fouille 2013
    © Inrap
  • La fouille 2013
    La fouille 2013
    © Inrap
  • © Arnaud Dessolier
  • © Arnaud Dessolier
  • © Arnaud Dessolier