Conférences
4
Score : 4 (1 vote)
Mis à jour le
01 février 2018
Colloque
Le diagnostic comme outil de recherche

Ce deuxième séminaire scientifique et technique s’est tenu à Caen, à l'auditorium du château, les 28 et 29 septembre 2017. Il a été organisé par l'Inrap (David Flotté et Cyril Marcigny) avec le soutien du département du Calvados et de la Mairie de Caen.

Saint-Chéron est une commune rurale de l’ouest de l’Essonne localisée dans la vallée
de l’Orge.

Auteur et intervenant

  • Christian Piozzoli, SRA/DRAC Île-de-France

Co-auteur

  • Vincent Goustard, chargé d'opération et de recherche, Inrap Île-de-France

Contexte des découvertes

Saint-Chéron est une commune rurale de l’ouest de l’Essonne localisée dans la vallée
de l’Orge. Durant la seconde moitié du XIXe siècle, un historien local documente un certain nombre de vestiges gallo-romains mis au jour lors de travaux réalisés aux abords du hameau de Saint-Évroult. Il s’agit de bâtiments maçonnés parfois munis de caves, d’un hypocauste et d’un bassin lié aux aqueducs mais aussi de quelques puits ou de fours domestiques.

En 1981, les travaux de construction d’un pavillon entraînent la fouille de sauvetage
d’un four de potier dont le fonctionnement est daté de la fin IIIe et le début IVe siècle.
En 2008, un diagnostic archéologique préventif prescrit préalablement à l’aménagement
d’un lotissement, confirme l’existence de vestiges d’une agglomération secondaire
gallo-romaine.

Mise en place d’un suivi systématique des permis de construire

À la même époque, l’évolution de la législation relative à l’urbanisme provoque une nette densification des secteurs pavillonnaires existants. Le Service régional de l’archéologie décide alors de procéder au suivi archéologique des permis de construire déposés pour
le secteur de Saint-Évroult. En effet, il s’avère que ces vestiges présentent des conditions
de conservation optimales en raison d’une forte épaisseur sédimentaire liée à l’érosion
des versants qui scelle le plus souvent toutes les occupations jusqu’aux niveaux d’abandon.

Des résultats scientifiques probants

Entre 2008 et 2017, c’est près d’une trentaine de diagnostics préventifs qui ont été prescrits sur l’ensemble de la commune, y compris sur des zones extérieures à l’agglomération antique. Il s’agit d’interventions minutieuses concernant des parcelles parfois très étroites
et des vestiges stratifiés. En dépit de ces difficultés, la multiplication des fenêtres d’observation a considérablement renouvelé nos connaissances pour l’Antiquité et
la période médiévale. Toutefois, de nombreuses questions restent en suspens et la politique de prescriptions est maintenue.

Durée :
16'24"
Production :
Inrap
Année :
2017
Contact :

vincent.goustard [at] inrap.fr
christian.piozzoli [at] culture.gouv.fr

Partenaire
Logo INRAP
Logo Ministère Culture