La fouille des Hauts de Lattes va notamment permettre d’observer de nouveaux espaces d’un site gaulois, mis au jour au lieu-dit la Cougourlude,  en 2010.

Dernière modification
22 janvier 2018

Les fouilles préventives du site des « Hauts de Lattes » s’inscrivent dans la poursuite de l’aménagement de la « Zac Ode Acte 2 », dans le cadre du projet urbain Ode à la Mer qui s’étend depuis la Lironde jusqu’au Parc des Expositions, sur les communes de Lattes et de Pérols.

8 hectares de fouilles sur le site « Hauts de Lattes »

À la suite d’un diagnostic archéologique réalisé fin 2015 - début 2016, l’État (Drac Occitanie) a prescrit la réalisation d’une fouille préventive de 8 hectares, situés à l’extrémité nord de la « butte de Pérols », entre la vallée de la Lironde et l’étang de l’Estanel. La SA3M ( Société d’Aménagement de Montpellier Méditerranée Métropole), ainsi que deux autres maîtres d’ouvrage (les sociétés Pitch Promotion et Pégase Immobilier) ont choisi de confier ces recherches à l’Inrap, qui s’est associé au service archéologique de la SAM (Sète Agglopole Méditerranée) pour cette opération.

Des connaissances partagées avec les citoyens

L’Inrap et Montpellier Méditerranée Métropole, avec son institution de référence pour l’archéologie, le site archéologique Lattara – musée Henri-Prades, s’engagent à faire partager les connaissances aux citoyens. Tout au long de la fouille, des informations seront accessibles au musée et partagées avec le public individuel comme avec le public scolaire.
Après les fouilles et l’étude, les objets archéologiques mis au jour sur le site des « Hauts de Lattes » ont vocation à être transmis au musée Henri-Prades pour leur conservation, restauration et valorisation.

Une longue tradition de recherches archéologiques à Lattes

L’emprise de la fouille des « Hauts de Lattes » s’inscrit dans la continuité d’un secteur précédemment investigué : elle va notamment permettre d’observer de nouveaux espaces d’un site de l’âge du Fer, mis au jour sur le site de la Cougourlude en 2010. Plus largement, elle va être l’occasion de retracer l’occupation humaine de ce territoire sur une période s’étendant de la Préhistoire (Néolithique moyen et final – Ve-IIIe millénaire avant notre ère) jusqu’au début du Moyen Âge (VIIe-Xe siècles).

De la Préhistoire au haut Moyen Âge, en passant par une agglomération de l’âge du Fer

S’ils sont ténus, les indices archéologiques permettent toutefois de dater les premières occupations humaines du secteur du Néolithique moyen et final. La fouille permettra de mieux comprendre la nature de cette présence, ainsi que de mettre en relation ces nouvelles données avec des découvertes récentes, telle la mise au jour d’un village néolithique sur le site de la Cavalade découvert en 2013 à quelques kilomètres sur la commune de Montpellier.

Une place-forte à caractère défensif mise au jour

Fouillé en 2010, le site gaulois de la Cougourlude se développe sur les deux rives d'un ancien cours de la Lironde, au carrefour avec une voie. Habité depuis le début du VIe siècle avant notre ère, le site connait une formidable expansion à partir de 550 av. J.-C. et devient dès cette époque un point privilégié d’échanges avec les sociétés méditerranéennes, étrusques puis grecques, préfigurant le rôle de la ville portuaire de Lattara, fondée vers 500 av. J.-C. à 1 km de là. La fouille des « Hauts de Lattes » va dégager un nouveau secteur du site. Elle annonce un éclairage inédit : le village, jusqu’alors considéré comme un habitat de plaine se trouverait dans l’orbite d’une place-forte de hauteur, dotée d’une puissante enceinte, à caractère défensif autant qu’ostentatoire. Cet oppidum, insoupçonné jusqu’alors, dont la Cougourlude constituerait un quartier périphérique, figurerait ainsi parmi les plus grandes agglomérations de la Gaule Méditerranéenne jamais fouillées.

Des fouilles pour mieux comprendre les activités économiques du domaine de Soriech

Dans l’Antiquité, durant le Haut Empire, le secteur témoigne d’activités agraires, avec l’implantation d’un vignoble certainement relié à un domaine (villa) situé à proximité, ainsi que le passage de voies.
À la période médiévale, le domaine de Soriech, tout proche, est connu pour abriter une église paroissiale qui constitue un pôle important dès le haut Moyen Âge. Pour la première fois, les vestiges qui vont être étudiés (aire d’ensilage, fours, fosses d’extraction, fossé défensif…) vont permettre de mieux comprendre ses activités économiques et son développement.

Contact(s) :

Cécile Martinez
chargée du développement culturel et de la communication
Inrap, direction interrégionale Méditerranée
04 66 36 31 01 - 06 87 01 62 86
cecile.martinez [at] inrap.fr


Laure Chazouiller
Montpellier Méditerranée Métropole
04 67 13 49 19 - 06 02 09 11 38
l.chazouiller [at] montpellier3m.fr
 

Partenaire(s)
logo montpellier metropole.png