Aux abords d'un cours d'eau, dans la commune d'Ollioules, une équipe d'archéologues de l'Inrap a mis au jour une série d'occupations échelonnées du Néolithique moyen à l'âge du Bronze ancien. Le mobilier lithique abondant semble attester la présence d'une culture chasséenne.

Dernière modification
14 décembre 2020

Prescrites par le Service régional de l’archéologie (Drac PACA), les opérations d’archéologie préventive (diagnostics et fouilles), menées par l’Inrap, chemin de Faveyrolles à l’ouest de Toulon sur la commune d’Ollioules, ont permis d’appréhender l’occupation diachronique des abords d’un vallat (ruisseau) au cours de la préhistoire récente.

Chemin de Faveyrolles, le projet d’aménagement en cours de construction, vu depuis le nord

Chemin de Faveyrolles, le projet d’aménagement en cours de construction, vu depuis le nord



©

Bruno Fabry et Raphaël Denis, Inrap

Située dans les piémonts des derniers chaînons méridionaux de la Provence calcaire, entre les gorges du Destel, de la Reppe et la vallée du Las, ce cours d’eau au régime torrentiel a vu la mise en place de populations sur ses berges dès les « débuts » du Néolithique moyen et au cours de l’âge du Bronze. L’ensemble des découvertes permet d’appréhender les occupations et l’exploitation des ressources de ce terroir au cours des cinq derniers millénaires.

 

Culture chasséenne et âge du Bronze ancien

Au cours de l’été 2018, les premières fenêtres exploratoires d’une superficie totale d’1,3 ha ont révélé deux pôles d’occupations pré- et protohistoriques, l’un au sud-est du secteur oriental l’autre au nord-est du secteur occidental. Pour chaque période attestée sur le site, les sphères funéraires et domestiques sont documentées.

188 Chemin de Faveyrolles, vue vers le nord de la zone 2

La première concentration de structures se trouve à la périphérie du groupe de fosses observé lors du diagnostic archéologique, au nord de la zone 2. Une vingtaine de faits a été observée, pour la plupart des structures de stockage de type silo ainsi que des trous de poteau. Tandis que le mobilier lithique exhumé au sein des remplissages de ces installations renvoie à la sphère chasséenne (entre environ 4250 et 4000 avant notre ère), certains éléments céramiques s’apparentent plutôt aux productions du Bronze ancien (entre 1850 et 1650 avant notre ère).

Localisé directement à l’assise du relief oriental, au sud-est de la zone 1, le second gisement se distingue par une structuration plus évidente de l’espace et une densité de vestiges plus élevée. Ces derniers percent deux horizons stratifiés aux limites ténues. À ce stade, l’organisation générale de cet ensemble reste difficile à cerner. Il est composé d’environ une centaine d’aménagements : essentiellement des silos, des structures foyères et des trous de poteaux.

188 Chemin de Faveyrolles, empierrement central et vase de stockage en place de l’âge du Bronze, secteur sud-est, zone 1

188 Chemin de Faveyrolles, empierrement central et vase de stockage en place de l’âge du Bronze, secteur sud-est, zone 1



©

Laurent Ben Chaba

Outre des excavations à vocation architecturale et des structures de stockage, la présence de nombreux foyers localisés au nord et sud-ouest de l’occupation singularise cette concentration. À sa périphérie, plusieurs silos de grandes dimensions ont été identifiés. Ils sont rattachés à la première phase d’occupation de ce secteur. Une première expertise du mobilier indique ici aussi la présence d’éléments d’obédience chasséenne (Chasséen ancien) et de l’âge du Bronze ancien (BA3).


Deux paléotalwegs

Concernant le cadre paléo-environnemental, le décapage mécanique a révélé la présence notable de deux paléotalwegs (ligne formée par les points ayant la plus basse altitude, soit dans une vallée, soit dans le lit d'un cours d'eau).

Le premier, localisé dans le tiers sud-ouest de l’emprise, avait été partiellement appréhendé lors de la phase exploratoire. Il correspond à une large et profonde dépression chenalisante orientée nord-ouest – sud-est qui témoigne de la présence d’un cours d’eau de régime torrentiel épousant en partie la base sud-ouest de la colline occidentale, à la faveur de laquelle la ou les première(s) occupation(s) se sont développée(s). Datée du Néolithique moyen (Chasséen ancien), une inhumation en fosse simple creusant sa berge septentrionale a été mise au jour, à environ 35 mètres au sud de la fosse sépulcrale identifiée lors du diagnostic archéologique.

188 Chemin de Faveyrolles, la sépulture creusée en partie dans la berge nord du paléochenal

188 Chemin de Faveyrolles, la sépulture creusée en partie dans la berge nord du paléochenal

©

Philippe Gilette et Renaud Lisfranc

Le second talweg est situé peu ou prou au centre de l’emprise de la zone 1, suivant un axe nord-sud, correspondant au fond d’un vallon délimité par les deux massifs localisés plus au nord. Comblé par d’épaisses couches hydromorphes, il est recouvert par des colluvions qui ont piégé un mobilier céramique et lithique relativement abondant, provenant d'installation(s) localisée(s) en amont. Peu de structures percent cet horizon.

Enfin, au cours des périodes antiques, plusieurs réseaux de traces agraires témoignent de la mise en culture de la vigne de ce terroir au cours du Haut-Empire.

 

Une installation du Bronze ancien et des plantations antiques

Une nouvelle opération de fouille s’est déroulée à l’été 2020, au nord de la zone occidentale du site fouillé en 2018. Ces deux parcelles sont séparées par une plantation d’oliviers pluri-centenaires sanctuarisée par la municipalité d’Ollioules.
De dimensions plus modestes, l’emprise de cette nouvelle opération a cependant permis de mettre au jour dans sa partie occidentale la continuité nord du paléotalweg et a confirmé l’anthropisation répétée de son flanc oriental.

Motivée par la présence lors du diagnostic archéologique d’une nouvelle sépulture datée cette fois-ci du Néolithique final, la fouille n’a pas révélé, en l’état, d’autres vestiges datés de cette période.
À quelques mètres à l’est, trois structures circulaires évoquent des silos arasés dont les fragments céramiques indiquent une installation à l’âge du Bronze ancien. Plus au sud un foyer soigneusement aménagé n’a livré que de rares tessons de céramique modelée.

468 Chemin de Faveyrolles, aménagement du fond d’une structure de stockage de l’âge du Bronze

468 Chemin de Faveyrolles, aménagement du fond d’une structure de stockage de l’âge du Bronze

©

Alexandre Ayasse, Inrap


Ainsi qu’en 2018, la fouille a révélé la présence d’un réseau de fosses de plantation antiques orienté nord-ouest – sud-est. Face aux découvertes récentes, celui-ci vient étoffer la connaissance de la viticulture dans les campagnes de Telo Martius

 

Un bâtiment sur poteau de l'Âge du bronze

Une nouvelle fenêtre à l’amorce de la colline et d’une portion du fond du vallon a été fouillée à l’automne 2020.
Elle a permis d’approfondir la compréhension de l’installation des communautés humaines au début de l’âge du Bronze. En effet, en limite d’emprise, un bâtiment sur poteaux a été partiellement mis au jour, non loin des secteurs précédemment explorés. Celui-ci intègre un foyer très charbonneux aux parois rubéfiées, une fosse pyriforme de petites dimensions ainsi qu’une cuvette recelant de nombreux fragments de céramique. Ils s’apparentent très bien aux productions de la fin de l’âge du Bronze ancien précédemment mis au jour.

De nouveau, de nombreuses traces agraires antiques formant des réseaux cohérents ont été observées au cœur du vallon.
Ces investigations ont également révélé la présence de deux fours à chaux, probablement modernes. Bien attestés localement, leur étude en contexte préventif affinera les connaissances sur leur utilisation, fonctionnement et la destination des matières produites.

Fouille 2018 (188 Chemin de Faveyrolles)
Aménageur : Cogedim 

Fouille été 2020 (tranche 1 et 2, 468 Chemin de Faveyrolles)
Aménageur privé

Recherche archéologique :
 Inrap
Responsable d’opération : Bertrand Gourlin
Responsable d’opération adjoint : Alexandre Ayasse