Un habitat du Bronze ancien sur l’île de Molène

Publié le 4 novembre 2011 · Mis à jour le 13 juin 2012
Depuis près de dix ans, des vestiges du Néolithique et de l’âge du Bronze d’une grande richesse sont découverts dans l’archipel de Molène : concentration exceptionnelle de monuments mégalithiques, habitats, faune, céramiques et pierres taillées… autant d’indices qui permettent de cerner la chronologie des occupations humaines.
Sur l’île de Molène, c’est un bâtiment occupé entre 2200 et 1800 avant notre ère qui vient d’être fouillé. Pour mieux comprendre les hommes qui vécurent ici durant la Préhistoire récente et leur relation avec l’environnement, des études pluridisciplinaires sont menées, sur les variations du niveau marin, les sols, le paysage végétal et la faune.

Un site insulaire unique

En 2003, les archéologues repèrent un amas coquillier à la pointe de Beg ar Loued. Sa fouille est l’occasion d’exhumer les vestiges d’un habitat en pierres sèches dont les murs sont encore en élévation sur plus d’1,4 mètre. Des semences, des restes osseux (rarement préservés dans le sol acide de la Bretagne) et des outils en pierre sont prélevés et étudiés, ainsi que de la céramique, dont l’analyse permet de situer dans le temps les occupations du site : l’une, avant la construction de l’habitat, se rattache au style Conguel (vers 2700 ans avant notre ère), une autre à la fin du Campaniforme (2200 à 2000 avant notre ère) et une dernière à l’âge du Bronze ancien (2000 à 1800 avant notre ère).
Les campagnes de fouille successives ont permis de dégager le bâtiment, de forme ovale et construit en plusieurs phases. Dans son état initial, il mesure 13 mètres de long, ses murs extérieurs sont parementés de dalles de chant en gneiss et en granite. Dans son état final, il mesure près de 11 mètres de long pour un peu moins de 6 mètres de large. Les murs, de 2 mètres d’épaisseur, mêlent pierres sèches et dalles de chant. Les élévations semblent avoir conservé par endroits leur hauteur originelle, qui se situe autour d' 1,4 mètre. Par sa forme et son mode de construction, ce bâtiment présente des analogies avec plusieurs habitats du Campaniforme retrouvés du Portugal jusqu'aux Hébrides, en Écosse.
Ces recherches, exceptionnelles par la diversité des vestiges mis au jour et leur bon état de conservation, permettent de cerner le mode de vie d'une communauté insulaire depuis la fin du Néolithique jusqu’à l’âge du Bronze ancien.

Artisanat et industrie

Les céramiques se rattachent à la fin du Néolithique et aux débuts de l’âge du Bronze, une période mal connue dans le nord de la France. De nombreux tessons présentent des caramels de cuisson et leur datation par le radiocarbone offrira l’opportunité d’établir une chronologie absolue des productions céramiques entre la fin du IIIe millénaire et le début du IIe millénaire avant notre ère.
L'étude de l'industrie lithique, réalisée à partir d'un corpus de plus de 36 000 artefacts (hors esquilles), montre une exploitation exclusive des galets locaux en silex, en grès armoricain ou en quartz. La nature des roches employées indique que les habitants avaient une bonne connaissance de leurs propriétés mécaniques.
Autour de 2700 avant notre ère, l’outillage, très spécialisé, est dominé par les mèches de foret (petites pointes en silex utilisées pour perforer), qui pourraient avoir servi au travail  des quelques perles en test (coquille) de pourpre découvertes à proximité. Au Bronze ancien, les grattoirs sont majoritaires.
D’autres outils en pierre comme des percuteurs, des enclumes, des pilons des broyons ont été utilisés dans le cadre d’activités domestiques et artisanales. De nombreuses meules en granite ont été identifiées, dont la plupart ont été récupérées d’occupations antérieures, et réemployées dans l’architecture en pierres sèches.
Fait rarissime dans la région, l’activité métallurgique est attestée par quelques indices : un moule en granite, un déchet comportant des inclusions cuivreuses et cinq petits objets brisés – probables éléments de parure – en tôle d’alliage cuivreux. En revanche, l’origine des minerais de cuivre demeure inconnue. 

La pêche, l’élevage, la chasse et l'agriculture

L'analyse des vestiges organiques a permis de mieux comprendre le mode de subsistance des habitants de Beg ar Loued.
La variété d'espèces et la taille souvent modeste des poissons montrent qu’une pêche opportuniste était effectuée depuis la côte, probablement grâce à des barrages de pêcherie fixes. Elle était pratiquée en toutes saisons, même si elle apparaît plus importante au printemps et plus ciblée sur la famille des labridés (labres, vieilles, girelles…) en période hivernale. Les 30 kilos de tests analysés montrent que la patelle domine de manière écrasante le spectre des mollusques marins.
L'élevage, d'après les données réunies sur divers sites de l’archipel à Béniguet, à Balaneg et à Kemenez, était pratiqué depuis le IVe millénaire au moins dans l'archipel de Molène, les dates les plus anciennes obtenues pour la Bretagne continentale étant situées autour du début du Ve millénaire avant notre ère. À Beg ar Loued, il concernait notamment le bœuf et le mouton, peut-être la chèvre, le porc étant plus faiblement représenté.
La pratique de la chasse est attestée par des restes de phoque gris et de nombreux oiseaux : canards, bécasse, courlis cendré, cormorans, goélands, macareux moine, pingouin torda ainsi que pygargue à queue blanche, disparu de France au cours du xxe siècle.
La quasi-totalité des espèces, oiseaux marins compris, ont pu être consommées par l’homme, comme elles le sont encore dans le nord-ouest de l’Europe. Quelques restes d’un grand cétacé – vraisemblablement un rorqual commun – révèlent la mise à profit d’un échouage naturel. 
Certaines variétés de graines cultivées ont été mises en évidence par la carpologie, comme l’orge à grains nus et vêtus, le blé amidonnier, le froment, les féveroles ou les pois.

L’étude de l’environnement

À travers l’étude des charbons de bois, l’anthracologie a révélé une grande variété d’essences d’arbres (chêne, houx, genet, ajonc, poirier, pommier, sorbier, merisier, prunellier, noisetier…) typiques des chênaies atlantiques ; le plateau molénais disposait encore probablement d’un couvert forestier, au moins dans sa partie méridionale protégée des vents dominants.
Grâce aux analyses palynologiques à venir, les archéologues tenteront de reconstituer l'histoire de la végétation holocène, les variations du niveau marin et l'impact de la métallurgie sur les formations forestières. L’étude des pollens sera réalisée conjointement avec celle des foraminifères (animaux microscopiques recouverts d’une coquille, de la famille des rhizopodes) pour comprendre comment, sous l’effet de la remontée du niveau marin, s’est fragmenté le vaste plateau de Molène en une multitude d’îles et d’îlots, alors qu’il formait une même île il y a moins de 8 000 ans : à quel moment et dans quel ordre les îles se sont-elles trouvées isolées les unes des autres ? Quelle a été l’évolution des paysages côtiers dans l’archipel depuis le Néolithique ?
L’analyse des microvertébrés (petits mammifères, reptiles et amphibiens…) révèle la présence d'espèces aujourd'hui disparues de l'archipel de Molène et l’existence d’un syndrome insulaire chez bon nombre d’entre elles : taille supérieure à celle des individus des populations continentales des mêmes espèces et présence de morphotypes déviants. L’étude de ces particularités permettra de documenter l’évolution des populations de microvertébrés depuis le Néolithique récent et son lien avec l’activité de l’homme et ses déplacements dans les îles du Ponant.

Responsable scientifique

Yvan Pailler, Inrap

Voir l'album

  • Vue aérienne de la pointe de Beg ar Loued.
    Vue aérienne de la pointe de Beg ar Loued.
     © Marine Nationale
  • Vue aérienne de la pointe de Beg ar Loued.
    Vue aérienne de la pointe de Beg ar Loued.
     © Marine Nationale
  • Vue aérienne de la pointe de Beg ar Loued.
    Vue aérienne de la pointe de Beg ar Loued.
    © Marine Nationale
  • Vue aérienne de la pointe de Beg ar Loued 
    Vue aérienne de la pointe de Beg ar Loued 
    © Marine Nationale
  • Vue générale du site de Beg ar Loued.   
    Vue générale du site de Beg ar Loued.   
    © Y. Pailler, Inrap
  • Évocations du site de Beg ar Loued dans son environnement proche. 
    Évocations du site de Beg ar Loued dans son environnement proche. 
    © L. Duigou, association Tumulus
  • Écorché de la maison de Beg ar Loued. 
    Écorché de la maison de Beg ar Loued. 
    © L. Duigou, association Tumulus
  • Modèle numérique de la pointe de Beg ar Loued. 
    Modèle numérique de la pointe de Beg ar Loued. 
    © P. Stéphan et T. Kervern, CNRS
  • Courbe de variation du niveau marin. 
    Courbe de variation du niveau marin. 
    © P. Stephan, CNRS