Colloques
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
10 janvier 2020
Colloque
Bioarchéologie : minimums méthodologiques et référentiels communs, nouvelles approches

Ce quatrième séminaire scientifique et technique s’est tenu à Sélestat en Alsace, à l'auditorium de la Bibliothèque Humaniste​, les 28 et 28 novembre 2019. Il a été organisé par Carine Carpentier (Inrap), Rose-Marie Arbogast (CNRS), et Philippe Kuchler (Archéologie Alsace).

Philippe Ponel (CNRS), Valérie Andrieu-Ponel (Aix-Marseille Université), Marc Bouiron (Inrap), Jérôme Marian ​(Archéopole), Christophe Tardy (Inrap) et Jean-Hervé Yvinec (Inrap)

Les Coléoptères fossiles sont abondants dans la plupart des sédiments quaternaires. Les espèces fossiles sont absolument identiques aux espèces actuelles vivantes. Leur stabilité morphologique et physiologique, leurs exigences écologiques souvent très précises et leur rapidité de réponse aux changements environnementaux font des Coléoptères un exceptionnel objet d'étude pour les recherches paléoécologiques et paléoclimatiques. Ces insectes peuvent aussi fournir des informations abondantes, originales et variées à propos des activités humaines passées et des environnements anthropisés. Ce champ de recherches est illustré au moyen de trois exemples issus de fouilles préventives menées par l’Inrap.

Les fouilles archéologiques de la "Place du Général-de-Gaulle", dans le centre-ville de Marseille (Bouches-du-Rhône), ont fourni des échantillons de sédiments couvrant une période allant du XIVe au XVIIe siècle et contenant de riches assemblages de Coléoptères. Leur étude a permis d’apporter des informations très précises sur la flore, la faune et l’environnement dans la cité et ses abords : végétation de type "garrigue" et "terrain vague", importance du bétail, présence de marais salants…

À Charleville-Mézières (Ardennes), l'analyse de sédiments provenant d'un puits gallo-romain a fourni environ 140 taxons de Coléoptères qui ont permis de reconstruire en détail le couvert végétal proche (puits en contexte de clairière au sein d'une forêt dense et mature).

Près de Nîmes (Gard), les fouilles du site du Mas de Vignoles ont permis d'analyser plus de 100 taxons de Coléoptères provenant d'un puits médiéval. Ces derniers témoignent d’un environnement qui devait être marécageux avec des prairies humides, de la présence de troupeaux et de la proximité d’une étable ou d’une construction destinée à abriter du bétail. Des habitations humaines contenant des céréales entreposées devaient aussi être présentes dans les environs immédiats ainsi que des habitations.

Mots clés : archéoentomologie, coléoptères, paysages, végétation, activités humaines

Références bibliographiques

  • ELIAS (S. A.) - Quaternary Insects and Their Environments. Washington, London: Smithsonian Institution Press, 1994. 294 p.
  • LOWE (J. J.), WALKER (M. J. C.). - Fossil insect analysis. In : LOWE (J. J.), WALKER (M. J. C). - Reconstructing Quaternary Environments. London: Longman, 1984, p. 181-187.
  • KENWARD (H). - Northern Regional Review of Environmental Archaeology: Invertebrates in Archaeology in the North of England. Environmental studies report. Research department report series n° 12-2009. Swindon: English Heritage Research Department, 2009. 625 p. <https://archaeologydataservice.ac.uk/archiveDS/archiveDownload?t=arch-1893-1/dissemination/pdf/englishh2-73628.pdf>
Année :
2019
Durée :
00:12:32
Année :
2019
Contact(s)

philippe.ponel [at] imbe.fr
valerie.andrieu-ponel [at] imbe.fr
marc.bouiron [at] inrap.fr
jerome.marian [at] archeopole.fr
christophe.tardy [at] inrap.fr
jean-herve.yvinec [at] inrap.fr

Partenaire(s)
Inrap logo 2019
Archéologie Alsace

GDR Bioarcheodat