Conférences
4
Score : 4 (1 vote)
Mis à jour le
22 décembre 2017
Colloque
Transmettre les savoirs : Archéologie des apprentissages

Colloque international organisé par l'Inrap et la Cité des sciences et de l'industrie, sous la direction scientifique de Patrick Pion, Inrap, et de Nathan Schlanger, École nationale des chartes, les 28 et 29 novembre 2017 à l'auditorium de la Cité des sciences et de l’industrie.

Colloque international : "Transmettre les savoirs : archéologie des apprentissages" par Jean-Pierre Nguede Ngono, EHESS

La présente communication a pour sujet la transmission orale chez les Baka dans le contexte des mutations socioenvironnementales au sud-est Cameroun. Il importe ici de tourner le regard vers la vie de tous les jours des Baka qui, d’une certaine manière chaotique et aléatoire, dans l’ennui et dans l’exubérance, poursuit son chemin d’une manière obstinée et quelque peu incompréhensible.

Au-delà d’une diversité de groupes sociaux, les Pygmées partagent un certain nombre de valeurs culturelles qui fondent leur spécificité culturelle. Il s'agit principalement de l'attachement ontologique à la forêt comme cadre et moyen de vie, de l'attachement à la transmission orale comme facteur de maintien et de reproduction de l'ordre social, de la mobilité et de la religion. Toute la vie des Pygmées est rythmée par les savoirs et les savoir-faire sur les activités de la forêt. La forêt étant le lieu par excellence de la transmission orale des valeurs traditionnelles, la mamelle nourricière, la gardienne et la protectrice, la pourvoyeuse de médicaments.

Cependant, l’intensification des pressions sur les ressources forestières, l’accaparement des terres et les politiques d’État-nation visant à uniformiser les cultures du monde ont contribué à rendre plus incertaine la transmission des savoirs et des savoir-faire. En effet, les transformations de nature économique, sociale et environnementale, affectent les pygmées avec une gravité accrue.

Les champs de recherche de Jean-Pierre Nguede Ngono sont situés au Cameroun, avec le Baka, l'une des sociétés traditionnellement nomades de chasseurs-cueilleurs. Sa recherche initiale avec les Baka du Cameroun est principalement dans le domaine de l'anthropologie sociale avec une analyse des systèmes culturels et des théories locales de l'écologie comportementale. Son travail avec les Baka l'a conduit au domaine de la résilience, l'analyse des processus actuels d'affirmation de l'identité et des revendications territoriales. Ce qu’il appelle la « résilience » des autochtones se réfère à la dynamique et aux pratiques de la résistance, et de l'engagement de Baka dans leurs relations avec l'État et la société majoritaire.

Bibliographie

  • DAOU, J.V. (2001) « Savoirs indigènes et contraintes anthropologiques dans le cadre des projets de conservations en Afrique central », in HEATHER et al, Utilisation des ressources naturelles dans la région du tri national du fleuve sangha en Afrique équatoriale : histories, savoirs et institutions, s.l, Yale Université, p. 422-432.
  • ELISABETH, M. (2004) Contes et histoires pygmées, Flies, France, 217 p.
  • GEERTZ, G. (1986) Savoir local, savoir global, Paris, PUF.
  • Wartelle, J-C. (2004) « La Société d’anthropologie de Paris de 1859 à 1920 », Revue d’histoire des sciences humaines, 1er mars 2004, n° 10, n 1, p. 125 171.
Année :
2017
Durée :
23'54"
Partenaire
Cité des Sciences et de l'industrie
Sciences Humaines
Ecole nationale des Chartes
logo Archéologia