Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
07 janvier 2021
Colloque
Bioarchéologie : minimums méthodologiques et référentiels communs, nouvelles approches

Ce quatrième séminaire scientifique et technique s’est tenu à Sélestat en Alsace, à l'auditorium de la Bibliothèque Humaniste​, les 28 et 28 novembre 2019. Il a été organisé par Carine Carpentier (Inrap), Rose-Marie Arbogast (CNRS), et Philippe Kuchler (Archéologie Alsace).

Les développements méthodologiques en anthracologie permettent actuellement d’obtenir des spectres de fréquences de taxons représentatifs des environnements passés, moyennant des conditions précises d’échantillonnage et de tamisage. Pourtant, d’autres informations sont disponibles dans les charbons de bois, en particulier ceux de taille pluricentimétrique. Depuis le début des années 2000, plusieurs recherches se fondent sur les informations de morphologie des cernes (courbure, largeur, etc.) des charbons de bois retrouvés en contexte archéologique, afin de répondre à des questions liées aux durées d’occupation des sites, à l’interdatation des structures domestiques ou artisanales, à la gestion du combustible, etc. Toutefois, l’aspect chronologique reste peu ou non exploité dans les études anthracologiques. D’une part, la friabilité des charbons, qui affecte notamment les restes d’assez grande taille (diamètre supérieur à 2 cm) les plus susceptibles de donner une information chronologique, rend la mesure d’une série de largeurs de cernes délicate. D’autre part, les méthodes classiquement utilisées en dendrochronologie sur de plus longues séries de cernes sont, ici, difficilement applicables. La première difficulté est aujourd’hui surmontée grâce au développement d’un nouveau protocole de laboratoire qui permet de créer une surface plane sur la totalité de la coupe transversale d’un charbon (Brossier & Poirier, 2018) ; cette méthode permet de mesurer des largeurs de cernes le long d’un ou plusieurs rayons. En ce qui concerne le nombre limité de cernes présents sur chaque coupe, un protocole précis d’échantillonnage doit également être appliqué afin de contextualiser au mieux le dépôt dans lequel est situé chaque charbon. Ce dernier vise à maximiser les chances de synchroniser les charbons de bois en laboratoire, pour établir des chronologies fiables de cernes de croissance. Cet article présente ce nouveau protocole ainsi que l’intérêt de la généralisation de l’anthraco-chronologie aux fouilles archéologiques.

Publication en ligne

BROSSIER, Benoît, POIRIER, Philippe, VASCHALDE, Christophe, FIGUEIRAL, Isabel, CHABAL, Lucie & MARMARA, Marylise. (2020). Nouveau protocole de prélèvement et de préparation des macro-charbons pour une généralisation des études anthraco-chronologiques. Dans C. Carpentier, R.-M. Arbogast & Ph. Kuchler (dir.), Bioarchéologie : minimums méthodologiques, référentiels communs et nouvelles approches : actes du 4e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 nov. 2019, Sélestat. <https://doi.org/10.34692/dwr6-hg62>. <hal-03085993>.

Auteurs

  • Benoît Brossier – CNRS – UMR 5554 ISEM – benoit.brossier [at] umontpellier.fr
  • Philippe Poirier – Inrap – UMR 5554 ISEM – philippe.poirier [at] inrap.fr
  • Christophe Vaschalde – Mosaïques Archéologie – christophe_vaschalde [at] yahoo.fr
  • Isabel Figueiral – Inrap – UMR 5554 ISEM – isabel.figueiral-rowe [at] inrap.fr
  • Lucie Chabal – CNRS – UMR 5554 ISEM – lucie.chabal [at] umontpellier.fr
  • Marylise Marmara – Université Lumière Lyon 2 – UMR 5133 Archéorient – UMR 5138 ArAr – marylise.marmara [at] univ-lyon2.fr
Année :
2019
Durée :
00:15:35
Année :
2019
Partenaire(s)
Inrap logo 2019
Archéologie Alsace

GDR Bioarcheodat