Colloques
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
07 janvier 2020
Colloque
Bioarchéologie : minimums méthodologiques et référentiels communs, nouvelles approches

Ce quatrième séminaire scientifique et technique s’est tenu à Sélestat en Alsace, à l'auditorium de la Bibliothèque Humaniste​, les 28 et 28 novembre 2019. Il a été organisé par Carine Carpentier (Inrap), Rose-Marie Arbogast (CNRS), et Philippe Kuchler (Archéologie Alsace).

Dominique Schwartz (Université de Strasbourg), Damien Ertlen (Université de Strasbourg), François Magar (Université de Haute-Alsace), Vincent Robin (Université de Lorraine), Benjamin Keller (Université de Strasbourg)

La pédoanthracologie appliquée à l’archéologie des paysages est encore peu développée en Alsace. Notre exposé se fonde essentiellement sur des études menées dans trois domaines spatiaux et thématiques différents : (1) les Hautes-Chaumes vosgiennes avec les massifs du Hohneck et du Rossberg ; (2) les murgers d’Osenbach, Westhalten et Orschwihr (Haut-Rhin) ; (3) les rideaux de culture médiévaux de Goldbach, Saales, complétés par Obergeilbach (respectivement dans le Haut-Rhin, le Bas-Rhin et la Moselle).

Ce corpus permet de dégager des pistes de travail et des règles de base pour maximiser l’efficacité de la recherche. Il apparaît ainsi :

  • qu’en termes de chronologie de l’occupation des sols et de la mise en valeur des terres, quelques grandes périodes commencent à se dégager, notamment à l’âge du Bronze et au Haut Moyen-Âge ;
  • que l’histoire enregistrée par les charbons à l’échelle locale peut révéler des oppositions fortes entre deux sites alors qu’elle est très cohérente à une échelle régionale ;
  • qu’en raison de la dispersion des charbons par la bioturbation dans les sols, bien connue par ailleurs, il est nécessaire de procéder un cortège de datations important ;
  • que cette dispersion physique s’accompagne souvent d’une grande dispersion des âges 14C et que l’information qu’apportent ces datations doit donc être soigneusement réfléchie.

Sur le plan méthodologique, il apparaît également que la profondeur d’enfouissement n’apporte aucune garantie lors de l’échantillonnage quant à la validité des dates obtenues, et qu’il faut éviter de dater des charbons avant de les avoir identifiés.

Mots clés : Alsace, pédoanthracologie, archéologie des paysages, charbon, datation 14C

Année :
2019
Durée :
00:17:09
Année :
2019
Contact(s)

dominique.schwartz [at] live-cnrs.unistra.fr
damien.ertlen [at] live-cnrs.unistra.fr

Partenaire(s)
Inrap logo 2019
Archéologie Alsace

GDR Bioarcheodat