Une équipe de l'Inrap a mis au jour une nécropole gallo-romaine du Ier et IIe siècle de notre ère à Quimper. Les sépultures à crémation et à inhumation se répartissent en trois îlots de configuration atypique en Bretagne pour cette période.

Dernière modification
29 novembre 2019

Dans le cadre de travaux d'aménagement d'un bâtiment collectif d'habitation réalisés par la société Espacil Accession à Quimper, sur le versant occidental du mont Frugy, une équipe de l'Inrap a fouillé une surface de 1625 m2 et mis au jour les vestiges d'une nécropole gallo-romaine.
L’agglomération secondaire gallo-romaine de Quimper/Locmaria est fondée durant les premières décennies du Ier siècle de notre ère. Sa nécropole, connue depuis la fin du XIXe siècle, devait s'étendre à l'origine sur une surface estimée entre un et deux hectares.
 

Crémations et inhumations

Près de 140 sépultures à crémation ont été mises au jour, parmi lesquelles on recense des dépôts simples (urne seule) et doubles (deux urnes), parfois accompagnés de mobilier (vases, gobelets, céramiques miniatures, objets en alliage cuivreux, monnaies…), l’ensemble pouvant être recouvert par des couvercles en bois dont ne subsistent que les clous d’assemblage. Les premiers éléments de datations fournis par ces mobiliers évoquent les Ier et IIe siècles de notre ère.
À ces nombreux dépôts secondaires de crémation s’ajoutent quelques probables sépultures à inhumation, dont le contenu organique a totalement disparu en raison de l’acidité du sol, mais dont des traces de cercueils en bois (clous et traces ligneuses) ont été recensées. 

Des enclos atypiques

Sur le plan spatial, ce secteur de la nécropole est structuré par au moins trois petits enclos fossoyés quadrangulaires, auxquels semblent succéder deux monuments maçonnés, un de forme circulaire, l'autre carrée, localisés en limite sud du site, à proximité d’une voie supposée. Ces petits bâtiments maçonnés, qui pourraient s’apparenter à des mausolées érigés en bord de voie sont peu connus en Bretagne pour cette période, tout comme les petits enclos qui ont peut-être délimité des petites concessions familiales ou des tertres.
À cette occupation antique succèdent quelques fosses datées de la fin du Moyen-âge (XIVe-XVe siècles) qui témoignent d’une occupation humaine dans le secteur à cette période.

Aménagement : Espacil Accession
Contrôle scientifique : SRA Bretagne
Recherche archéologique : Inrap, Nicolas Ménez