Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
01 février 2018
Colloque
Le diagnostic comme outil de recherche

Ce deuxième séminaire scientifique et technique s’est tenu à Caen, à l'auditorium du château, les 28 et 29 septembre 2017. Il a été organisé par l'Inrap (David Flotté et Cyril Marcigny) avec le soutien du département du Calvados et de la Mairie de Caen.

Pour le géoarchéologue, la phase de diagnostic offre la possibilité d’étudier les sols et les sédiments dans toutes leurs dimensions sur une surface d’investigation souvent importante recoupant parfois plusieurs contextes pédo-sédimentaires.

Intervenant

  • Luc Sanson, technicien d'opération, Inrap Grand Est

Auteurs

  • Anaïs Champougny, chargée d'opération et de recherche, Inrap Grand Est / UMR 7362 LIVE, équipe DyPa, Université de Strasbourg / LIEC - Université de Lorraine
  • Anne Gebhardt,  ingénieur chargé de recherche, Inrap Grand Est / UMR 7362 LIVE, équipe DyPa, Université de Strasbourg / LIEC - Université de Lorraine

Cette phase de recherche offre aussi la possibilité de réaliser des sondages profonds afin de visualiser la séquence sédimentaire jusqu’au substratum au-delà de l’apparition des premiers niveaux anthropisés. L’étude de l’organisation de ces séquences permet non seulement de révéler l’existence ou l’absence d’un site archéologique, mais également de mettre en évidence les interactions entre l’homme et son environnement à une échelle géographique plus large. L’approche géoarchéologique doit donc être impérativement considérée comme une étape indispensable du diagnostic.

L’intervention du géoarchéologue lors d’opérations de diagnostics archéologiques en Lorraine est de plus en plus fréquente depuis ces dernières années. Grâce à quelques exemples qui mettent en exergue l’intérêt scientifique de l’étude géoarchéologique, nous montrerons que l’étude des sols et des sédiments apporte de nouvelles connaissances sur la mise en place des différentes formations superficielles ainsi que sur les interactions hommes-milieux.

Les informations collectées sur des opérations trop souvent considérées comme « négatives » au regard de l’archéologie, fournissent autant de données essentielles à la compréhension d’un territoire dans son ensemble. D’autres cas illustreront comment une opération n’ayant mis au jour aucune structure archéologique en tant que telle n’est jamais totalement dissociée de tout impact humain. En effet, dans tout type de contexte sédimentaire, l’enregistrement stratigraphique est, la plupart du temps, soumis à des actions anthropiques qu’elles soient maitrisées ou non.

Si le potentiel archéologique peut être anticipé en amont de l’opération en fonction du contexte géomorphologique (érosion sur les sommets et les pentes, sédimentation au sein des vallées et des plaines alluviales…), il est toutefois difficile de prédire de façon systématique l’état de conservation ponctuel des formations (paléosols, dépôts organiques…). Dans cette optique, seul le suivi exhaustif des diagnostics préventifs à l’échelle locale et régionale, permet au spécialiste des sols et des sédiments archéologiques de mieux appréhender l’histoire des paléo-environnements et les dynamiques d’occupation associées.

Outre l’intégration de ces informations à la carte archéologique du territoire lorrain, les données obtenues par ce travail systématique permettront à terme d’aboutir à une synthèse régionale dans le cadre d’un projet collectif de recherche qui interrogerait sur les interactions entre la variabilité environnementale et la dynamique des peuplements en Lorraine.

Durée :
13'01"
Production :
Inrap
Année :
2017
Contactez nous

anais.champougny [at] inrap.fr
anne.gebhardt-even [at] inrap.fr

Partenaire
Logo INRAP
Logo LIVE UMR 7362
Logo LIEC UMR 7360