Conférences
1
Score : 1 (1 vote)
Mis à jour le
22 décembre 2017
Colloque
Transmettre les savoirs : Archéologie des apprentissages

Colloque international organisé par l'Inrap et la Cité des sciences et de l'industrie, sous la direction scientifique de Patrick Pion, Inrap, et de Nathan Schlanger, École nationale des chartes, les 28 et 29 novembre 2017 à l'auditorium de la Cité des sciences et de l’industrie.

Colloque international : "Transmettre les savoirs : archéologie des apprentissages" par Maria-Iluminada Ortega-Cordellat, Inrap

Qu’est-ce que « l’apprentissage » ? Selon la définition la plus large, il peut se décrire comme l’acquisition de connaissances et/ou de savoir-faire à travers l’observation, la formation et/ou la pratique. Bien qu’il semble évident que des processus d’apprentissage ont existé et se sont transmis pendant le Paléolithique (savoir-faire techniques par exemple) les affirmer avec certitude au travers des seuls restes matériels, qui plus est la plupart du temps incomplet, reste difficile. Cette présentation propose d’avoir une réflexion sur les méthodes qui peuvent nous permettent aujourd’hui de reconnaître à partir des restes lithiques différents niveaux de compétences techniques au Paléolithique.

Définir divers degrés de technicité suppose, en priorité, la connaissance des systèmes techniques mis en œuvre et de leurs objectifs. En effet, cette maîtrise du contexte technique, caractérisant une norme technoculturelle au sein des cultures du Paléolithique, nous permet d’identifier des anomalies, des irrégularités et des particularités dans le déroulement du processus technique. Ces divers éléments constituent des graduations qualitatives de savoir-faire entre deux extrêmes : productions exceptionnelles et aberrations techniques et nous permettent d’établir l’existence voire de reconnaître différents paliers dans le processus d’apprentissage.

Nous tenterons au travers de plusieurs exemples culturels du Paléolithique moyen et supérieur de présenter des productions lithiques reflétant ces divers degrés de technicité, vecteurs pour partie d’informations d’ordre social sur ces groupes culturels.

Ingénieur chargée de recherches et d’études à l’Inrap. Maria-Iluminada Ortega-Cordellat est spécialiste en technologie lithique du paléolithique travaillant plus particulièrement sur les périodes dites de transition entre le paléolithique moyen et le Paléolithique supérieur et l’Aurignacien. Elle est également impliquée dans la direction de fouilles programmées en France et à l’étranger en particulier avec le CENIEH (Centre national sur l’évolution humaine) de Burgos avec qui elle développe actuellement des collaborations scientifiques.  

Bibliographie

  • AUSUBEL, D., NOVAK, J., ET HANESIAN, H. (1978), Educational Psychology : A Cognitive View (2nd Ed.). New York : Holt, Rinehart & Winston. 733 p.
  • DAVID M. (1995), Gestalt Psychology and the Cognitive Revolution, Harvester-Wheatsheaf, Hemel-Hempstead, 1995.
  • PLOUX S. (1989), Approche archéologique de la variabilité des comportements techniques individuels : l’exemple de quelques tailleurs magdaléniens à Pincevent. Thèse de doctorat. Université de Paris X. 2vol. 584p.
  • GONZÁLEZ LABRA, J. (2009), Introducción a la psicología del pensamiento. Madrid : ed. Trotta. 496 p.
  • INHELDER B., BLANCHET A., SINCLAIR A. ET PIAGET J. (1975), Relations entre les conservations d'ensembles d'éléments discrets et celles de quantités continues. Année psychologique, vol. 75, p. 23-60.
  • POZO, J. (2010), Teorías cognitivas del aprendizaje. Facultad de Psicología de la Universidad Autónoma de Madrid. Ediciones Morata, S. L. Décima edición. Madrid, España. 288 p.
Année :
2017
Durée :
15'47"
Partenaire
Cité des Sciences et de l'industrie
Sciences Humaines
Ecole nationale des Chartres
logo Archéologia