Chaque année, les actions scientifiques réalisées à l’échelle nationale représentent, en sus des activités opérationnelles de diagnostics et de fouilles, plus de 20 000 journées de travail. Cet investissement confirme la volonté de l’Inrap de valoriser scientifiquement et de partager les données archéologiques issues des opérations préventives. Près de la moitié de ces dernières donnent lieu à une action de valorisation ou de communication. Parce qu’elles suscitent un fort engouement dans le public, les opérations archéologiques et leur valorisation peuvent représenter pour les maîtres d’ouvrage de formidables opportunités pour mettre en valeur des projets d’aménagement et des territoires, tout en améliorant l’acceptabilité des travaux.

Pendant les travaux, développer une communication sur mesure

En région, les chargés du développement culturel et de la communication de l’Inrap peuvent accompagner les aménageurs pendant les opérations archéologiques afin d’informer les publics locaux (panneaux signalétique, documents d’information…) et d’organiser des actions de valorisation sur le terrain : visites de chantier, journées portes ouvertes, dont les Journées nationales de l’archéologie, le 3e week-end de juin, pilotées par l’Inrap sous l'égide du ministère de la Culture.

1-1.jpg
En 2017, plus de 1 190 000 personnes ont assisté à plus de 900 actions de valorisation de l’archéologie préventive organisées par l’Inrap dans 414 communes.
Parallèlement, la satisfaction des aménageurs qui font appel à l’Inrap pour ces actions de valorisation ne cesse d’augmenter (96% d’aménageurs satisfaits, selon le baromètre 2017).

Après les travaux, rayonner sur le territoire

En partenariat avec des collectivités territoriales, des aménageurs et des établissements culturels et scientifiques, l’Inrap coproduit de nombreux projets de valorisation de l’archéologie préventive : expositions, publications, outils multimédias et pédagogiques, films documentaires… Ces projets contribuent à l’attractivité culturelle et touristique des territoires, ainsi qu’à leur appropriation par les habitants.

Le rapport d’opération

Toute opération archéologique, qu’il s’agisse d’un diagnostic ou d’une fouille, se conclut par un rapport d’opération qui restitue toutes les connaissances acquises pendant et après les fouilles et est le dernier témoin du site avant sa destruction. Envoyé au préfet de région et aux Commissions interrégionales de la recherche archéologique qui en examinent la conformité, le rapport d’opération est remis à l’aménageur, acte qui marque l’achèvement de l’opération. Ainsi l’aménageur se voit-il associé à la production du document le plus fondamental de l’archéologie préventive.

Depuis sa création, l’Inrap a contribué pour plus de 30 000 rapports et 41 150 volumes à la Collection nationale des rapports d’opération d’archéologie préventive. En 2018, cette collection a été labellisée pour cinq ans « collection d’excellence » (CollEx) pour la recherche par le ministère de l'Enseignement supérieur. Son ampleur est inégalée en Europe et au niveau mondial.